• Géraldine S

« La Femme Surdouée, double différence, double défi » : le livre qui m’a révélée !

Il n’est pas simple et évident de comprendre que l’on est HPI ( Haut Potentiel Intellectuel ou douance ). Et il n’est pas toujours facile de se découvrir et de s’accepter telle que l’on est. Si tu te reconnais dans certains traits de cette personnalité, je te présente dans cet article LE livre référence qui te permettra de comprendre qui tu es vraiment.




Je suis HPI et j’assume depuis peu


Je suis moi-même HPI, multipotentielle, zèbre, surdouée … les termes sont nombreux pour désigner cet état de fait. Cela parait simple présenté ainsi. On peut même imaginer cela grisant de se savoir membre de ce petit pourcentage de la population mondiale (estimé à 2%). Mais être multipotentielle nécessite souvent un long voyage vers soi-même avant d’oser se dévoiler, passer outre les préjugés, les incompréhensions, vaincre le regard des autres et assumer sa différence.


Quelles sont les caractéristiques de la douance ?


Pendant longtemps, il m’était très difficile d’expliquer cette divergence. Je suis née ainsi. J’ai toujours vécu avec ce sentiment de décalage avec les autres, de vivre plus intensément mes émotions, d’aller toujours plus vite dans mes pensées, de ressentir autrement le monde qui m’entoure. Je le vivais comme un fardeau, voire un handicap qui m’empêchait d’avancer dans ma vie. Mais je n’imaginais pas que cette particularité portait un nom et que je n’étais pas seule. Et que surtout, en appréhendant ce mode de fonctionnement, j’allais pouvoir faire de cette différence une véritable force.


Un livre pour comprendre qui nous sommes


Bizarrement, je n’ai pas lu énormément de livres sur la question des atypiques et des hypersensibles. J’ai besoin de comprendre mon fonctionnement par la rencontre et le partage. J’ai longtemps été dans la théorie face à cet état de fait. Mais je réalise que j’ai beaucoup progressé en termes de connaissance de moi-même, depuis que j’ai intégré « consciemment » la communauté des femmes HPI et hypersensibles, et multiplié les rencontres.


Mais CE livre… a débarqué dans ma vie de manière assez évidente. Pour changer, j’étais en train de errer dans une librairie pour répondre à un besoin urgent d’acheter un ouvrage. Je n’en avais « plus que » 30 sur ma table de chevet au lieu des 50 habituels. Angoisse.


Je suis tombée par le plus grand des hasards sur le livre de la psychologue Monique de Kermadec : « La Femme Surdouée, double différence, double défi ».

Le titre m’a plu, la quatrième de couverture aussi. Mon intuition a parlé. Il a donc été l’élu de cette promenade "libresque" et a fini sur ma table de chevet.


Et je l’ai dévoré. Ce livre décrit avec beaucoup de pédagogie et de finesse les caractéristiques des HPI et plus particulièrement des femmes multipotentielles.

Voici les 4 points qui m’ont le plus marquée


1. Un double défi ?


Sur la quatrième de couverture, l’autrice résume très bien les choses :

« Le défi est double pour elles : dans un monde fondé sur l'image d'une femme au corps parfait et non d'une femme dotée d'un cerveau, il leur faut réussir à articuler leur féminité et leur intelligence et se faire accepter. ».

Caricatural ? Moi, je ne trouve pas. Dans l’imaginaire collectif, on retiendra une femme douce, discrète, belle et sensuelle comme étant une femme parfaite. A l'inverse, une femme déterminée, brillante et audacieuse apparaîtra souvent comme une hystérique.


Alors quand ton cerveau passe son temps à se manifester et à appréhender les choses autrement, et bien il est parfois difficile de se faire accepter pour ce que l’on est. Soit on apparaît comme celle qui passe sa vie à complexifier les choses ou au mieux pour « la bizarre ». Je pense avec beaucoup d’émotion à tous ces jeunes atypiques, filles comme garçons, victimes de harcèlement scolaire.


J’aime pour autant prendre soin de moi. Mais prendre soin de moi, c'est surtout prendre soin de mon « intérieur ». Quand on encourage une femme à prendre soin d’elle, tout le monde l'imaginera chez le coiffeur ou chez la manucure. Pour moi, le plus important est de me nourrir intérieurement. Donc prendre soin de moi, c'est aller boire un verre seule ou bien accompagnée dans un lieu inspirant, lire un livre, découvrir de nouvelles choses, aller au théâtre, à une conférence, partir en balade. Me ressourcer.


Tu auras compris que je préfère largement débattre en « pilou-pilou » autour d’un bon verre de vin sur tous les sujets possibles, que de me retrouver coincée dans une robe qui gratte à sourire bêtement en réponse à des compliments futiles (même si j’ai toujours un verre à la main ;o) dans une soirée "prout prout" où rien ne me correspond. Mais ça, ce n'est pas toujours simple à faire accepter.

2. Les multipotentielles ont plus de mal à s’affirmer que les multipotentiels

L’autrice affirme qu’il existe une grande différence entre les hommes et les femmes dans la façon de vivre leur état. Les femmes restent enfermées dans des préjugés sexistes transmis dès l’enfance et il nous est souvent plus difficile de nous affirmer vraiment.

Je trouve ce point très intéressant, surtout si vous êtes maman de petites filles atypiques, comme c’est mon cas. Je suis désormais très attentive pour traquer ce qui pourrait les influencer de manière négative et sexiste dans le développement de leur personnalité atypique. Ce n’est pas simple, tout ne dépend pas de moi, mais j’essaie de libérer un certain nombre de choses ( et notamment tous les préjugés sur les voies professionnelles existantes… ).


Je tiens cependant à souligner que je connais également des hommes HPI qui souffrent beaucoup de leur atypisme, car eux non plus non pas forcément évolués dans un environnement qui leur a permis de se révéler et d’être vraiment eux-mêmes.



3. Le faux-self ?


Et justement, LA révélation de ce livre fut la découverte du faux-self.


Tu connais ce terme ? Le faux-self = être toujours à l’écart de qui on est vraiment.

Mettre un masque pour se conformer en permanence aux attentes des autres pour essayer de leur ressembler et cacher ainsi sa propre différence. Toujours vouloir faire plaisir car nous sommes guidées par la peur d’être rejetées si nous devenons réellement nous-mêmes. Et bien entendu, cela fait souffrir. Beaucoup souffrir.


Le faux-self est plus souvent mis en place par les femmes que par les hommes pour les raisons évoquées plus haut. Il a guidé une bonne partie de ma vie, sans aucun doute. Bizarrement essentiellement dans ma vie professionnelle, moins dans ma vie personnelle (mon mari a passé une sélection drastique ;o).


Actuellement, je le déconstruis. Pas à pas. Je me sens beaucoup mieux sans lui. Et finalement, les êtres chers à mon cœur sont toujours là… et de nouveaux sont apparus dans ma vie. J’avais imaginé l’opprobre en me révélant telle que je suis, et je me retrouve finalement bien mieux entourée.

4. Le syndrome de l’usurpatrice, plutôt que de l’imposteur



Dernier point : le livre évoque un sentiment d’usurpatrice et non d’imposteur.


Je me retrouve plus en effet dans ce thème d’usurpatrice.

Petit rappel : imposteur = personne qui abuse de la confiance d’autrui par des mensonges (tout l’inverse de moi, je suis absolument incapable de faire cela) et usurpateur = personne qui s’approprie sans droit.

Avoir l’impression d’être là où je suis sans y avoir le droit. Et en corollaire : à quel moment oser me donner le droit ? Ne pas attendre que les autres me le donnent, arrêter de vivre dans l’attente permanente de l’approbation des autres, de mes proches. Je me suis toujours mis beaucoup de freins dans ma vie, à force d’avoir l’impression de ne jamais être à ma place, de ne jamais être légitime. Par la peur de blesser ceux que j’aime par mes agissements.


Tout ceci m’a souvent paralysée et n’a pas su me guider dans mes choix. Alors que ma place, c’est à moi de la construire. Et finalement, quand vos proches vous voient heureux, bien dans vos baskets leur adhésion suit. Même si au début, cela peut être compliqué de faire accepter certains choix et que l’on vous fera à nouveau rapidement douter. Telle est la nature humaine après tout.

Envie de dévorer à votre tour ce livre ? Vous pouvez y accéder en cliquant juste ici (non ce n’est pas un lien vers la guerrière issue de la mythologie grecque mais vers un réseau de libraires indépendants ).

Bonne lecture et surtout n’hésitez pas à me faire part de vos avis sur le livre en commentaires.




343 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout